24 mars 2014

Un arbre multifruits

arbre multifruits - phot internaute
Les applications en permaculture urbaine

Qu'est-ce qu'un arbre multifruits?
Un arbre multifruits est une création végétale gourmande. C'est un arbre fruitier sur lequel poussent plusieurs variétés de fruits d'une même espèce. C'est original, économe en place et surtout très ludique. Cela réserve un autre avantage: une récolte étalée sur plusieurs saisons en fonction des variétés et des précocités.

Trois techniques:
1 le tressgae multitroncs, n'affecte pas d'arbre hôte.
2 le greffage multiple; sur un hôte porte greffe.
3 le nanisme, taille et greffe nécessaire.

Pour un arbre harmonieux et équilibré, pensez à l'équilibre général des branches, à l'ensoleillement selon les saisons (équilibre ombre lumière), la taille des feuilles, la vitesse de croissance, le poids des fruits etc.

L'équilibre du poids des fruits sur les branches est essentielle car le porte greffe est fragilisé par une telle manipulation, soyez donc logique et facilitez la santé de votre arbre multifruits.

Veillez à enrichir le sol en matière organique carbonée et azotée en fonction du cycle de floraison, de fructification et de croissance foliaire et surtout, respectez une période de dormance, souvent hivernale. Une mycorhization sera bénéfique. Un arbre multifruits demande une maintenance et du soin.



20 mars 2014

La symbiose des lichens.

Les lichens sont des organismes complexes, aux formes et aux couleurs extraordinaires. Ils existent depuis des millions d'années. Ce sont les premiers êtres vivants qui ont colonisé la croûte terrestre. Ils sont pourtant méconnus. Qu'est-ce qu'un lichen?

En réalité, ce n'est pas "UN" organisme, mais DES organismes, vivant en symbiose. Ils forment un
corps symbiotique de plusieurs symbiotes d'un champignon, d'une algue et de cyanobactéries. Le plus souvent, les lichens sont des organismes constitués de deux partenaires.

Le partenaire fongique, le champignon, représente plus de 90 % de sa biomasse. Le partenaire chlorophyllien, le végétal, le complète. Le plus souvent, il s'agit d'un champignon ascomycète (15000 espèces); on les appelle des ascolichens. Le champignon peut également être un basidiomycète (200 espèces) ou un deuteromycète (50 espèces). Le partenaire fongique s'associe à une algue unicellulaire ou filamenteuse.

Ils forment ensemble une association symbiotique autonome.

Les lichens s'alliant à des cyanobactéries sont souvent gélatineux vert-noir à noir, surtout au contact de l'eau (thyrea, leptogium, collema nigrescens).

L'algue photosynthétise l'énergie azotée, le champignon l'énergie carbonée, la bactérie les acides aminés, tous sont co-dépendants.


18 mars 2014

L'agriculture synergique: le réseau faune-flore-fonge.

Les applications en permaculture:
Réunir les conditions qui favorisent la synergie des plantes, des animaux et des micro-organismes du sol (bactéries, mycélia, acariens, etc...) optimise la bonne santé, la productivité, la communication, les échanges, l'autonomie et la pérennité du biotope des cultures.

Cette pratique culturale repose sur l'intelligence des organismes à interagir pour subsister au mieux dans un environnement. 

Le succès de cette forme de collaboration repose sur l'échange, la délégation, le mutualisme, la réciprocité,  la symbiose, dans laquelle les organismes participent activement. L'interaction crée des conditions augmentées, en quantité et en qualité supérieures à la somme de l'ensemble des propriétés des organismes pris isolément. Les organismes entre eux agissent donc comme des catalyseurs. Plutôt que la voie de l'autonomie individuelle, la vie optimale des plantes s'oriente depuis des millions d'années vers l'interdépendance, avec de nombreux systèmes relais, d'adaptation, de régulations et même d'alternatives. Ces choix ont permis aux organismes vivants des forêts de traverser les millénaires.
illustration du Carbonifère.
Les plantes sauvages sont donc individuellement "plus faibles", mais collectivement "plus fortes" car
elles délèguent une partie de leur vie à d'autres organismes pour tirer profit au mieux des possibilités locales, notamment en situation de stress, chacun des organismes du réseau s'attribuant des missions dans lesquelles ils performent intrinsèquement. Si vous cultivez des plantes sauvages isolément, "extraites" de leur biotope organique et social, elles ont toutes les chances de mourir car elles seront désorientées et désociabilisées. 


En condition naturelle sauvage, l'énergie des plantes est prioritairement distribuée dans la construction et le maintien du réseau, avant même leur propre développement ! C'est dire l'importance de considérer et d'encourager les bonnes conditions de développement de ces interactions faune-flore-fonge.

La transposition du paradigme de l'individualisme et de l'objectivisation du vivant a limité les recours en monoculture intensive. Ce modèle est non efficient sur le long terme et obsolète. Changer et évoluer est une nécessité.

>>> La culture synergique réconcilie les plantes cultivées avec leur génétique sociale.

>>> L'application des principes de l'agriculture synergique en permaculture devrait réconcilier les plantes avec leur faculté de communication et d'organisation pour leur vie, autonome par rapport à l'Homme et co-dépendante par rapport aux organismes de leurs environnement immédiat. Cultiver devient donc des actes de développement des conditions favorables et leur maintenance, et non plus une domestication du vivant. Dans une approche intégratrice, les cultivateurs-trices pourront s'intégrer à leur tour dans ce système d'échange symbiotique en jouant un rôle positif.

>>> En polyculture, régénérer les biotopes sauvages des plantes cultivées, qui partagent toutes des gènes avec leurs ancêtres sauvages, c'est participer à créer des conditions optimales pour les plantes et le travail de l'agriculteur-trice. C'est une révolution dans le métier et la pratique agricole, et une révolution des mentalités de l'Homme envers la Nature en acceptant d'y retrouver sa place intrinsèque.

Cette logique peut être étendue à d'autres domaines dans les relations sociales humaines, comme modèle d'éveil des potentiels collectifs des individus en famille, a l'école, en entreprise, en commerce, en énergie, en communication etc...

11 mars 2014

Musique et plantes: la danse des nutriments.

exposition photo internaute
Les plantes sont-elles sensibles à la musique? à la mélodie? à l'harmonie? au stress?

Les plantes, les nutriments et le réseau alimentaire du sol ont le potentiel de capter, de répondre et de s'animer selon une source d'énergie commune: les ondes. Le spectre des longueurs d'ondes réunit le son, la lumière, les couleurs, le magnétisme...

Comme tout être vivant sur cette planète, les vibrations influent sur la cohésion des éléments. La polarité énergétique et le magnétisme chargent les molécules du sol. Les neutrons, anions et cations circulent et sont échangées dans le sol, les racines, les parois cellulaires, les organismes symbiotiques.

C'est un phénomène avant tout physico-chimique et social.

Un réseau sociable s'organise ensuite pour fixer, déplacer, absorber, digérer des éléments nutritifs minérales et organiques. Atome, cellules, grain de sable, organismes du sol, acariens, ver de terre, nématodes, bactéries, gastéropodes, mycélium, racines, plantes etc. L'interaction des organismes structure le sol.


4 mars 2014

Mycorémédiation: champignons bio accumulateurs, dépolluants et recycleurs.


La régénération du vivant grâce aux champignons.

Les champignons recycleurs
les champignons saprohytes:
Les champignons saprophytes ou saprotrophes jouent un rôle essentiel dans l'écologie des sols
forestiers. Ce sont des décomposeurs. Leur rôle est de recycler les matières mortes: feuilles, bois, cadavres, etc.

Ils permettent ainsi d'éviter un étouffement de l'écosystème par accumulation de déchets végétaux, en renouvelant l'humus (ex. Oudemansiella mucida (Mucidule visqueuse), Agaricus bisporus (Champignon de Paris)). 

Si beaucoup d’espèces sont capables de dégrader la cellulose du bois (bactéries, champignons, invertébrés du sol, etc.) seul un groupe de champignons supérieurs, en particulier les aphyllophorales par exemple Bjerkandera adusta (Polypore brûlé) sont capables de dégrader la lignine, une macromolécule très complexe et très dure à craquer.

Les champignons qui dégradent la cellulose blanche et laissent le bois brun, riche en lignine, sont des mycélium à pourriture brune. Ils représentent seulement 7% des champignons et sont fortement rattachés aux conifères.

Les champignons qui dégradent la lignine brune et laissent la pulpe blanche du bois, riche en cellulose, sont des mycelium à pourriture blanche. Ils sont majoritairement inféodés aux forêts de feuillus et occupent une place prépondérante dans le règne fongique des décomposeurs.



Mycogardening - aménager une forêt jardin avec des champignons.

Qu'est-ce que le mycogardening?
>>> article en cours de restructuration. merci.


Mycorhize: facteur Myc et facteur Nod

Les signaux de commmunication



























Les facteurs NOD.pour l'échange avec les bactéries
Les facteurs MYC
pour l'échange avec les myclia